Depuis Cusco, il existe quelques manières de rejoindre le mythique Machu Picchu. Parmi les plus connues l’Inca Trail et l’Inca Jungle Trail. Mais il existe une merveilleuse alternative: le trail du Salkantay. Après un petit passage en revue des deux premières options, nous parcourons en détail la randonnée du Salkantay.

Inca Trail (CAmino del Inca)

Mondialement connu, l’Inca Trail vous amènera jusqu’à la ville fortifiée en empruntant le légendaire chemin que les Incas suivaient eux-mêmes. Pour l’entière du trek qui dure 4 jours/3 nuits, comptez un minimum de 468€ — mais les prix peuvent être bien plus élevés en fonction du niveau de comfort souhaité (porteurs, cuisiniers, etc). Le Camino ne peut s’emprunter sans les services d’un guide. Et le nombre de personnes autorisées sur l’itinéraire est strictement limité à 500 par jour, ce inclus les guides, les porteurs et les cuisiniers. Or 500 personnes qui partent pratiquement en même temps chaque jour du camp de base, c’est largement suffisant pour saturer le sentier. Combinez à cela une demande toujours croissante en plus comfort, laquelle nécessite forcément plus de porteurs, plus de cuisiniers et vous aurez un itinéraire où les places se font extrêmement rares. L’attente peut aller jusqu’à plusieurs mois à certaines périodes de l’année.

Inca Jungle Tour

Les agences proposant cette option empruntent un itinéraire alternatif mais dont les paysages ne sont pas moins impressionnants que ceux de l’Inca Trail. En outre, ce trek vous permettra de combiner plusieurs activités sportives. En général, mountain bike durant la première journée pour ensuite poursuivre par deux jours de marche à travers la jungle avec une descente optionnelle en tyrolienne (4 jours / 3 nuits – from 150€). Il y a même paroi un passage par les termes de Santa Teresa inclu. Les départs sont quotidiens, ce qui est bien pratique pour le voyageur pressé ou qui n’aurait pas réservé l’Inca Trail à temps.

Salkantay Trail

Moins connu et considéré comme légèrement plus difficile que l’Inca Trail mais surtout comme l’une des 25 plus belles randonnées au monde par le National Geographic Adventure Travel Magazine, le Salkantay Trail vous fera passer par des paysages plus somptueux les uns que les autres. Des vallées verdoyantes de Mollepata, aux forêts tropicales humides de Chaulley, vous découvrirez, avant d’avoir passé le col du Salkantay à 4600 mètres, l’éclatant lac Salkantaycoca aux eaux turquoises ou encore le mirador Llactapata faisant face au Machu Picchu. C’est l’une des rares randonnées menant au Machu Picchu qui peut se faire sans guide mais cela pourrait très prochainement changer.

Quand partir?

La meilleure période s’étend de mars à octobre durant la saison sèche. C’est donc aussi la haute saison, particulièrement de juin à août. J’ai effectué la randonnée en décembre. Globalement il a fait très beau, bien qu’il a plu lors du passage montagneux mais surtout mis à part quelques locaux, je n’ai pas rencontré le moindre touriste avant Chaulley.

Matériel

Si vous partez sans guide, il vous faudra vous équiper en conséquence pour une randonnée de 4 à 5 jours. Le matériel de camping peut être loué à Cusco.

Parmi les choses à emporter :
▪️ tente, la plus légère possible
▪️ réchaud et bouteille de gaz
▪️ casserole, couverts
▪️ allumettes (plus sensibles à l’humidité)/briquet
▪️ sac de couchage (t° minimale de comfort : – 4°c)
▪️ matelas de sol
▪️ bonnes chaussures de marche
▪️ poncho imperméable (+ housse imperméable pour votre sac à dos)
▪️ lampe torche
▪️ nourriture pour 5 jours

Location matériel de randonnée:
Vous trouverez des petits magasins spécialisés en matériel de randonnée dans la ruelle partant du coin nord de la Plaza de Armas (restaurant « Chez Maggy ») dont un très complet qui se trouve au niveau de l’hostel Sungate.

Quelques conseils pour la randonnée:

▪️ Pour éviter que vos affaires prennent l’eau avec la pluie ou l’humidité, doublez l’intérieur de votre sac à dos avec un grand sac poubelle,
▪️ Preparez-vous de la nourriture que vous pouvez facilement manger sans que vous ayez à vous arrêter. C’est particulièrement utile par mauvais temps lorsqu’on a pas très envie d’éterniser les pauses. Les tortillas roulées et fourrées de ce qui vous plaira, emballées individuellement, offrent une solution pratique, facilement accessible et qui peut se manger à une seule main.
▪️ Les épinards mais surtout les lentilles constituent une excellente source de fer — oligo-élément essentiels pour la fixation de l’oxygène par les globules rouges —, ces aliments seront d’excellents candidats pour vos tortillas et dès lors d’excellents alliés pour affronter l’altitude.
▪️ Pour les petits ou moins petits creux, gardez quelques snacks à des endroits facilement accessible: par exemple dans les poches de votre pantalon de trekking ou dans votre petit sac à dos d’appoint.
▪️ Pour vous tenir au chaud, rien de tel que le mille-feuilles qui consiste à superposer les couches de vêtements. L’air emprisonné entre les différentes couches fera office d’isolant.
▪️ Lorsqu’on commence une journée de marche, particulièrement en altitude ou par mauvais temps, on a souvent froid durant les 15 premières minutes. On a donc tendance à accumuler les couches de vêtements. Mais une fois les premières centaines de mètres effectuées, on a généralement trop chaud. Pour un meilleur comfort, il ne faut dès lors pas hésiter à s’arrêter et à enlever les couches superflues.
▪️ Et si vous avez toujours froid c’est que vous ne marchez pas assez vite (rires).

Jour 1: Mollepata – Soraypampa

Durée: 7 heures
Distance: 19 km
Dénivelé: ↗️ 1100 mètres

Depuis Cusco, prenez suffisamment tôt, un minibus collectivo au croisement des rues Umanchata et Ayahuayco. Les bus partent régulièrement, surtout en début de matinée, lorsqu’ils sont pleins. Le trajet, à 15 pesos, dure environ 2 heures. L’itinéraire commence dans le petit village de Mollepata. Le bus vous déposera sur la place principale. Sur celle-ci, une petite épicerie vous permettra d’effectuer les quelques derniers petits achats que vous auriez oublié de faire à Cusco. Depuis la place, prenez la route carrossable qui remonte la colline à droite de l’église sur environ 1,5 km (1 heure) jusqu’à rejoindre la petite route qui quitte la route principale sur la gauche. Continuez sur cette petite route sur environ 3,4 km (2 heures) jusqu’à atteindre un sentier qui longe un aqueduc. Le chemin quittera finalement l’aqueduc pour pénétrer dans le canyon qui mène à Soraypampa. En contrebas, vous pourrez apercevoir la route carrossable avec laquelle vous avez quitté Mollepata. Durant cette journée, vous traverserez des paysages vallonnés pour ensuite poursuivre sur le flanc d’un canyon qui vous mènera au pied du Salkantay qui trône majestueusement. Admirez sur le flanc opposé du canyon les magnifiques cascades qui dégringolent vers la vallée. Le sentier est également traversé plusieurs fois par des cours d’eau, passant la plupart du temps sous le chemin mais parfois par dessus. Preparez-vous donc à devoir faire de grands sauts, à improviser des passages faits de grosses pierres ou à traverser ces ruisseaux pieds nus. À Soraypampa, vous pourrez poser votre tente à peu près n’importe où. Il existe néanmoins un camping. Juste à l’entrée du village, sur la route, il y a également une petite épicerie (dans ce qui ressemble à un ancien hostel) ouverte uniquement tôt le matin (lors de mon passage) et qui propose une game très limitée de produits. Le temps peut y changer extrêmement rapidement, les pluies peuvent y être diluviennes et les orages très violents. Mieux vaut dès lors mettre sa tente sous abris (grange, garage, etc.).

OPTIONNEL: Soraypampa – Laguna Humantay – Soraypampa

Distance: 5 kilomètres (boucle)
Durée: 2 heures
Dénivelé: ↗️ 400 mètres, ↘️ 400 mètres

À faire le jour 1 ou 2, en fonction de votre planning, cette lagune aux eaux émeraudes et turquoises, logée au pied d’un magnifique sommet enneigé est probablement un des plus beaux endroits de la randonnée. Un sentier en forme de boucle part de Soraypampa, environ 150 mètres après le camping, et vous mènera jusqu’à la somptueuse — si les dieux de la météo sont cléments — lagune Humantay.
Conseil: allez-y léger, laissez votre gros sac à dos à Soraypampa mais prenez absolument votre appareil photo !

Jour 2: Soraypampa – Chaulley

Durée: 7 heures
Distance: 20 kilomètres
Dénivelé: ↗️ 770 mètres, ↘️ 1,8 kilomètre

Après le camping, prenez le chemin qui longe la rivière/la vallée sur le flanc gauche. Le sentier va rapidement se mettre à prendre de la hauteur (environ 400 mètres de dénivelé, parfois bien raide). Admirez derrière vous le canyon que vous avez traversé la veille. Le chemin se fera plus plat, vous traversez des petites plaines d’altitude parsemées d’énormes rochers entre lesquels le chemin serpente pour finalement entamer une deuxième ascension. C’est la partie la plus difficile du trek, particulièrement si vous n’avez pas de porteur. Le sentier monte en zigzaguant le long de la pente jusqu’au pass du Salkantay (4629 mètres). Comme toujours en montagne, les conditions climatiques peuvent changer rapidement: il peut y pleuvoir, grêler et neiger. Mais pas d’inquiétude, le chemin est facile à suivre; ça reste du trek, pas de l’alpinisme. Après le col, poursuivez sur le sentier qui redescend lentement vers la vallée. Au fur et à mesure de votre descente, vous quitterez le climat et la végétation de montagne pour terminer dans une luxuriante jungle tropicale. Dans la vallée, vous pourrez planter votre tente à Chaullez ou à Collpapampa (1,7 kilomètres plus loin). Les deux villages disposent de terrains privés où vous pourrez planter votre tente sous abris et prendre une douche chaude (payante).

Jour 3: Chaullay – Llactapata

Durée: 10 heures (6 heures jusqu’à Sahuayaco)
Distance: 24 kilomètres (16 kilomètres jusqu’à Sahuayaco)
Dénivelé: ↘️ 860 mètres (jusqu’à Sahuayaco), ↗️ 830 mètres

Depuis Chaullay, continuez sur la route par laquelle vous êtes arrivés. La route en tête d’épingle enjambera une rivière, passera par Collpapampa puis descendra jusqu’au confluent de deux rivières. Attention, ici, le chantier bifurque sur la gauche avant le pont pour vous menez sur la rive gauche de la rivière Santa Teresa. Beaucoup de personnes rate ce changement de direction et continue sur la route carrossable. Le sentier, qui parfois se fait très étroit, prendra un peu de hauteur et passera devant quelques belles cascades jusqu’à Playa. Passez le village et continuez jusqu’à Sahuayco. Vous y trouverez plusieurs hostels, notamment après avoir passé le pont. La plupart des gens s’arrêtent à Playa ou à Sahuayaco mais si vous en avez encore le courage et qu’il ne pleut pas, je vous conseille de continuer jusqu’à Llactapata.Après avoir traversé le pont, continuez sur la rive droite en direction de Santa Teresa sur environ 2,5 kilomètres. Sur votre droite, un large chemin pavé, ancienne route Inca, qui va se poursuivre par un sentier qui va remonter sur le flanc de la colline (admirez la vue) pour ensuite traverser un court plateau. C’est au bout de celui-ci que se trouve le site archéologique Llactapata qui offre une superbe vue sur le Machu Picchu. Essayez donc d’y arriver avant le coucher de soleil. Vous n’êtes pas censé y poser votre tente mais difficile de ne pas céder à la tentation. Le Llactapata camping/lodge (vide lors de mon passage) se trouve à environ 700 mètres après le site archéologique sur le sentier qui descend vers la vallée. Il dispose d’un magnifique terrain de camping avec également une belle vue sur le Huayana Picchu.

Jour 4: Llactapata – Aguas Calientes (Machu Picchu village)

Durée: 5 heures
Distance: 15 kilomètres
Dénivelé: ↘️ 950 mètres, ↗️ 350 mètres

Une petite journée de marche où le dénivelé est globalement très négatif.
Poursuivez sur le sentier qui durant 5 kilomètres va d’abord plonger dans la vallée adjacente à celle où vous étiez la veille, pour ensuite y longer le Rio Ahobamba vers le nord-est. Après avoir traversé une seconde rivière, à la bifurcation, prenez le sentier sur la droite jusqu’à la route CU-108. Continuez vers l’est le long du Rio Urubamba jusqu’à Hidroeléctrica.

Ici, la route carrossable s’arrête et seuls le train ou vos pieds vous amèneront jusqu’à Aguas Calientes (Machu Picchu village).

D’Hidroeléctrica, comptez encore environ 2 heures de marches (10 km) le long de l’unique voie ferrée. Après environ 8,5 kilomètres, vous passerez par une petite gare qui se trouve au pied du Machu Picchu. De là, vous pouvez poursuivre en empruntant la route qui relie l’entrée basse du Machu Picchu à Aguas Calientes (Machu Picchu village). Cette route est aussi desservie par des bus faisant la navette entre le village et le site Inca ($12,00/trajet) en 30 minutes. Ils partent lorsqu’ils sont plein, c’est à dire très fréquemment. Si vous poursuivez à pied le long de la voie ferrée et que vous rencontrez des tunnels, c’est que vous avez raté la bifurcation vers la route. Surtout ne traversez pas les tunnels ! Certains sont longs et sans accotement où se rabattre et les trains dont il est difficile de déterminer si ils arrivent face à vous ou derrière vous, roulent à vive allure. Rejoignez la route.

Bien que la balade le long de la voie ferrée depuis Hidroeléctrica fasse quelque peu partie du trajet rituel menant jusqu’au Machu Picchu village, vous pouvez évidemment profiter de la même vue depuis les banquettes des trains qui quittent la gare terminus à 15h et 16h00. Les touristes ont leur propre wagon obligatoire avec toit panoramique et leur propre tarif également: il vous en coutera $18,00/trajet, lequel durera environ 45 minutes.

Vous voilà arrivés à Aguas Calientes où vous aurez probablement cette sensation d’être un peu au bout du monde ou tout du moins, au milieu de nulle part ! Félicitations !