Rio de Janeiro, aussi surnommée la Cidade Maravilhosa (la “Ville merveilleuse”) ne vous laissera définitivement pas indifférent.

Que vous y veniez pour quelques jours ou quelques semaines, attendez-vous à être profondément marqué par l’immensité des possibilités d’activités qu’offre la ville mais surtout par l’ineffable hospitalité des cariocas.

Que faire, que visiter ? Voici la liste des lieux immanquables lors d’une visite à Rio de Janeiro.

Le Carnaval

Explosion de couleurs au carnaval de Rio ⓒ ParisMatch

Explosion de couleurs au carnaval de Rio
ⓒ ParisMatch

Pour celles et ceux qui ont la chance de venir à Rio au début du mois de février, c’est de loin, l’événement majeur de la ville dont la renommée internationale attire les touristes du monde entier. Durant 10 jours (dont 5 jours officiels), c’est toute la ville est en fête, et en marge des majestueuses parades officielles, ce sont des centaines de fêtes de rue qui prennent place dans les différents quartiers de la ville.

Lire la suite...

C’est l’événement attendu par les habitants des favelas, qui tout au long de l’année répète leur chorégraphie et prépare leur costume. Les cariocas des favelas sont les principaux contributeurs et participants du Carnaval. Le Carnaval, c’est bien le leur. D’ailleurs les principales écoles de Samba ont vu le jour dans les favelas. Le Carnaval et la Samba, sont avec le football, au centre de leurs passions.

Le Christ Rédempteur

Le Christ Rédempteur (Christo Redentor) qui domine Rio du haut du pic Corcovado.

Le Christ Rédempteur (Christo Redentor) qui domine Rio du haut du pic Corcovado.

Dressée à une altitude de 710 mètres, au sommet du mont du Corcovado, cette sculpture de style art Déco du Christ, haute de 38 mètres, emblème de Rio de Janeiro, si il en est, dont les bras donnent plus l’impression d’être grands ouverts vers la cité et ses habitants que d’être crucifiés, surplombe la ville toute entière. Toutefois, obtenir sa rédemption est chose qui se mérite ! Les plus courageux emprunteront le sentier qui traverse la forêt de Tijuca, depuis le magnifique parc Lage. Les moins téméraires opteront pour le petit train rouge du Corcovado ou les navettes en mini-bus. Au pied de la statue, une vue imprenable sur la cité vous procurera un sentiment d’humilité, de respect et de gratitude.

Lire la suite...

Rejoindre le mont Corcovado

Pour vous rendre au pied du mont Corcovado, prenez les transports en commun — Google Maps vous permettra d’établir aisément le trajet optimal en fonction de votre localisation dans la ville —, le taxi, ou allez y à pied.

En metro:

Un billet unique pour le quartier Cosme Velho; des bus depuis la station de métro Largo do Machado vous déposerons en face de la gare de train du Corcovado.

En bus:

Depuis Praça XV, direction Zona Sul, prenez un des bus suivants: 422 / 498 / 180. Descendez en face de l’église São Judas Tadeu.

Depuis Ipanema, les bus 570, 583 e 584

Depuis Copacabana, le bus 583

Depuis le terminal de bus Novo Rio, prenez le bus 126 (Rodoviária x Laranjeiras), descendez au niveau du Club de Sport Fluminense. Club. Rebroussez chemin sur la rue Laranjeiras et prenez un des bus suivants: 422 / 498 / 497 / 180 / 584 / 583.

Gravir le mont Corcovado

Ensuite, différentes possibilités s’offrent à vous pour atteindre le sommet du Corcovado:

Train du Corcovado (Trem do Corcovado)

Depuis la petite gare du Corcovado, située rue Cosme Velho 513, dans le quartier de Cosme Velho, le pittoresque Trem do Corcovado vous emmènera au pied du monument, en sillonnant à travers le parc national de la Tijuca, la plus grande forêt urbaine au monde.

Le prix du ticket est de 68 R$ en haute saison mais aussi tous les samedis et dimanches (56 R$ en basse saison). Vous obtiendrez une réservation pour le premier train où il restera encore de la place. Vu le succès du monument, il n’est pas rare de devoir patienter longuement aux guichets mais également de se voir attribuer un départ de train, bien plus tard que l’heure d’achat de votre billet. Il est dès lors préférable de réserver son ticket en ligne.

Les trains partent toutes les demi-heures, de 08h00 à 07h00, du lundi au dimanche.

Le train du Corcovado fut construite avant même le monument du Christ Rédempteur, en fait, il servit d’abord à acheminer les éléments de la statue au sommet du mont. La ligne de chemin de fer fut aussi la première du Brésil a être électrifiée.

Vans

Les vans Mercedes de la compagnie Paneras-Corcovado, la seule à pouvoir exploiter la route (interdite aux autres véhicules) qui mène au Christ.

Bien moins bucolique que les autres moyens d’accès au monument, il offre en revanche la flexibilité et la rapidité pour les visiteurs pressés. Un départ toutes les 10 minutes depuis plusieurs quartiers de la ville : Copacabana, Laranjeiras (Largo do Marchado) et Paineiras, respectivement de 08h00 à 16h00 / 17h00 / 18h00.

Le prix aller-retour comprend l’entrée au site du Christ Rédempteur : Depuis Copacabana/Largo do Marchado, 65 R$ en haute saison, 53 R$ en basse saison; depuis Paineiras, 37 R$ en haute saison, 25 R$ en basse saison. Les billets peuvent également s’acheter en ligne. Il n’est en revanche pas possible de prendre un aller simple, ni de revenir via un autre endroit que celui du départ.

À pied

Un chemin de randonnée, indiqué par des balises jaunes, démarre depuis le magnifique parc Lage (Parque Lage, rua Jardim Botanico). En deux bonnes heures, il vous fera traverser la forêt de Tijuca. En chemin, vous croiserez sûrement de petits singes ainsi que des tatous pour finalement atteindre le sommet du mont Corcovado. Il vous faudra alors payer 22 R$ en haute saison (18 R$ en basse saison) pour accéder au site du Christ Rédempteur. Pour le retour, impossible de redescendre en van; ni en train (sauf exception), il vous faudra redescendre à pied, soit par la route, soit par le chemin de randonnée.

Le Pain de Sucre (Pão de Açúcar)

Vue sur le Pain de Sucre (Pão de Açúcar) depuis Morro da Urca.

Vue sur le Pain de Sucre (Pão de Açúcar) depuis Morro da Urca.

C’est indéniablement un des pics les plus célèbres de Rio. Positionné en retrait de la côte, entre les plages d’Ipanema et de Copacobana, il offre une magnifique vue sur la ville.

Lire la suite...

image

C’est, sans surprise, aux premières heures du jour et au coucher de soleil par un ciel limpide que la lumière y est la plus belle et la vue la plus impressionnante, mais rassurez-vous, quelle que ce soit le moment où vous vous y rendrez — pour autant que le plafond nuageux ne soit pas trop bas — le spectacle sera entier !

L’ascension commence par un premier pic, le Mont de Urca (Morro da Urca) qui culmine à 220 mètres. Un téléphérique vous y emmènera toutes les 20 minutes environ mais il est également possible de gravir le mont, gratuitement, par des escaliers; il vous faudra néanmoins payer ensuite un ticket pour rejoindre Pão de Açúcar.

Sur les 2 sommets, vous trouverez divers boutiques et restaurants. Le mont Urca abrite également le musée Cocuruto (gratuit) qui retrace de manière ludique, l’histoire du téléphérique ainsi que l’Amfiteatro, une salle de concert couverte qui accueille de nombreux concerts brésilien, soirées et autres événements festifs.

Prix: 71,00 R$ pour l’accès au 2 monts.

Les tickets peuvent s’acheter en ligne.

Le site est ouvert de 08:00 à 21:00 (le billetterie ferme à 19h50, le dernier départ vers Morro da Urca est à 20h00).

Départ de cabine toutes les 20 minutes, chaque trajet dure 3 minutes.

Pour la petite histoire

Le Pain de Sucre devrait son nom à sa forme très particulière évoquant les blocs de sucre raffiné et placés dans des moules en argile pour être transportés par bateau à l’époque du commerce de la canne à sucre.

image

Cependant, à travers les époques, différents noms furent donné au mont:

« Pau-nh-açuquã », en langue Tipi — parlée par les Indiens Tamoios, les habitants indigènes de la Baie de Guanabara — signifie « grande et isolée colline pointue »; « Pot de beurre » donné par les premiers français qui envahirent la région; “Pão de Sucar”, donné par les premiers colons portugais; « Pot de Sucre », donné par le second groupe d’envahisseurs français.

Les plages

Plage d'Ipanema, Rio de Janeiro

Plage d’Ipanema, Rio de Janeiro

Ses longues plages de sable doré dont les noms résonnent comme autant de symboles d’une société aux mille facettes.

Lire la suite...

La plage de Copacabana est certainement la plage la plus connue au monde. Avec sa forme en demi-lune de 4,5 km, les cariocas aiment à l’appeler la Princesinha do Mar, la « petite princesse des mers ». En son centre, se dresse fièrement le majestueux mais aussi le plus vieil hôtel de luxe d’Amérique du Sud, le Copacabana Palace. C’est aussi, le soir du réveillon de la Saint-Sylveste, le lieux de rendez-vous de près de 2 millions de cariocas et touristes qui, tout habillé de blanc, comme la façade du palace, viennent assister au tir du gigantesque feu d’artifice. Ensuite, à minuit, comme le veut la tradition, la population jettent des fleurs à la mer.

La plage d’Ipanema, non moins connue que sa consoeur, est le rendez-vous de tous les cariocas, et ce particulièrement en fin de journée et durant les week-ends. La plage est jalonnées par les postes de secours des nageurs sauveteurs; chacun d’entre-eux regroupe sa faune de plagistes: les surfeurs, les familles, les gays, les bohèmes, les adeptes de body-building, les nudistes, etc.

Dans une des barraca qui bordent la plage ou sur la plage elle-même, installez-vous, avec une bière locale ou une Coco Gelado (glacée) et regardez les gens passer.

Coco Gelado sur la plage d'Ipanema

Coco Gelado sur la plage d’Ipanema

Depuis la plage de Copacabana, la vue sur le pic des Deux Frères (Morro Dois Irmaõs) est sublime et tous les soirs, les couchers de soleil y sont flamboyants. Pour ce faire, rejoignez les nombreux cariocas sur Arpoador, les rochers qui se trouvent à l’extrémités Est de la plage, asseyez-y-vous et admirez le spectacle. Lorsque l’astre disparaîtra derrière les pics, tout comme la foule, applaudissez, vous serez alors un véritable carioca !

Les Favélas

Levé du soleil depuis la favéla de Rocinha.

Rio ne serait pas Rio sans ses favélas et ses habitants qui, par leur influence, ont forgé l’identité culturelle de la ville et du pays. Sur leurs collines, dans leurs maisons de fortunes, ici, ce sont les pauvres qui regardent les riches de haut. Les favélas ont une mauvaise réputation qui leur colle à la peau, ces bidonvilles ont effectivement été le théâtre d’événements tragiques liant règlements de compte et narcotrafiquants. Mais en vue de l’organisation de la Coupe du Monde de football dont la finale se déroulait dans la mythique stade Maracanã de Rio, de nombreuses favélas furent sécurisées par les unités de police pacificatrice, pour le plus grand bonheur de leurs habitants qui peuvent à présent mener une vie paisible. Une balade dans les petites rues pentes et étriquées d’une favéla est dès lors une expérience inoubliable qui offrira en plus, des somptueux panoramas sur la ville.

La Vie Nocturne

Dans les rues de Lapa

Dans les rues de Lapa

Toujours prompts à faire la fête, les cariocas n’ont besoin d’aucun événement particulier, ni d’aucune excuse pour s’amuser, et ici, plus qu’ailleurs, si vous n’y prenez garde, vous serez emporté par le tourbillon des festivités de Rio.

Lire la suite...

Le quartier de Lapa est sans aucun doute l’épicentre de la vie nocturne de la ville. Les bars ne désemplissent pas et la fête bat son plein toute la nuit.

Le quartier de Gávea est aussi un excellent endroit, bien que moins étendu, pour commencer la soirée. Les bars y sont nombreux, la foule déborde sur les trottoirs et comme dans tous les quartiers qui bougent à Rio, des cariocas, postés sur le trottoir avec leur bar improvisé, vous proposerons de délicieux cocktails généreusement servis.

Pedra do Sal est pour les amoureux de la Samba mais aussi pour toutes celles et ceux qui veulent vivre une soirée endiablée pleine d’authenticité au rythme des cariocas, le quartier à ne surtout pas manquer. Ici, pas de danseuses en tenue de Carnaval, mais une foule, dense et compacte, en totale communion avec les artistes. Tout au long de l’année, des chanteurs et musiciens amateurs ou non offrent au public le meilleur d’eux-même, au cours de sessions d’improvisation.

Le mont des Deux Frères (Morro Dois Irmãos)

Vue sur la plage d'Ipanema depuis le sommet du mont des Deux Frères

Vue sur la plage d’Ipanema depuis le sommet du mont des Deux Frères

Autant la vue sur le mont des Deux Frères est magnifique depuis la plage d’Ipanema au coucher du soleil, autant la vue sur la plage d’Ipanema depuis le sommet du mont des Deux Frères est grandiose !

Lire la suite...

Et l’aventure commence par une ascension en van ou, et je vous le recommande chaudement, en moto-taxi, à travers la favéla Vidigal. Le départ du sentier de randonnée se situe à l’entrée d’un terrain de football, Campo do Vidigal, qu’il vous faudra longer sur son côté latéral gauche. Le sentier est parfaitement marqué et est accessible pour tous, mais, bien que la végétation offre, sur une large partie du parcours, une protection salutaire aux rayons du soleil, la pente est assez raide par endroit et le trajet peut s’avérer fatiguant pour les moins sportifs. Mais la récompense vaudra largement l’effort fourni. Sur la route, vous croiserez des singes, des papillons, des lézards et de nombreux oiseaux. Munissez-vous au moins de baskets et prenez de l’eau et de quoi grignoter.

Durée de l’ascension: environ 30 minutes pour 1,4 km

Pour rentrer, traverser la favéla à pied, arrêtez-vous pour manger un bout en chemin et admirez les nombreuses et magnifiques fresques murales qui recouvrent les maisons, souvent empreintes de tolérance et de respect.

Painture murale de Neo Two à Vidigal.

Painture murale de Neo Two à Vidigal.

La Forêt de Tijuca (Floresta da Tijuca)

Le pic du Tijuca

Le pic du Tijuca

Rio cumule les superlatifs et elle peut se targuer d’avoir la plus grande forêt urbaine au monde. Résultat d’une reforestation qui a fait suite à une culture intensive du café qui mettait en danger l’approvisionnement en eau de la ville, cette forêt tropicale fait partie intégrante du parc éponyme.  Les dirigeants successifs se sont attelés à lui rendre son caractère initial de forêt atlantique en sélectionnant minutieusement des essences propres à cet écosystème. Mais celle-ci recèle également de nombreuses surprises pour le plus grand plaisir des petits et des grands. Vous pourrez vous promener sur les nombreux chemins de randonnées, découvrir la flore et la faune locale,  et y trouver des cascade; des parcours d’escalade sont aussi accessibles, et si vous êtes en manque de sensation, faite l’ascension du Pedra Bonita et regagnez le plancher des vaches en deltaplane.

Les Escaliers Selarón

L'escalier Selarón (Escadaria Selarón)

L’escalier Selarón (Escadaria Selarón)

L’escalier le plus connu de Rio de Janeiro est sans conteste l’escalier Selarón dans le quartier de Lapa. Ses 215 marches revêtues de milliers d’azulejos (carreaux de faïence) de toutes les couleurs venant de 120 pays différents, font de cet escalier, un escalier unique en son genre qui a même été classé monument historique de Rio de Janeiro. Cet escalier est l’oeuvre de Jorge Selarón, un artiste chilien à l’imagination débordante. À faire absolument pour la magie des couleurs, pour les photos souvenirs sur l’escalier et devant le grand drapeau Brésilien en azulejos.

Jardim Botanico

À venir

Santa Teresa

À venir