Sublime ville fortifiée, probablement l’une des plus belles villes coloniales d’Amérique du Sud — elle rivalise notamment avec la ville de Cusco au Pérou —, Cartagena la chaleur des Caraïbes en plus, vous séduira par sa beauté envoûtante. Perdez-vous dans le dédale de ses ruelles, flânez entre ses petites places ombragées par de gigantesques ficus aux racines aériennes, tout en admirant l’architecture remarquable de ses grandes maisons coloniales aux façades colorées sur lesquelles bougainvilliers et vignes s’étendent majestueusement jusqu’à passer par dessus les balcons en bois. Au détour d’une église où l’on célébrera la messe ou un mariage, le claquement des sabots sur les pavés immédiatement suivi par le vombrissement des roues d’une calèche vous invitera à remonter sur le trottoir; écoutez le cocher relater l’histoire de la cité. Régalez-vous des fruits tropicaux et autres préparations faites maison vendus par les palenquerias, des femmes noires vêtues de robes hautes en couleurs tenant sur leur tête un panier débordant de fruits. Initialement originaires du petit village de San Basillo de Palenque, situé au sud-est de Cartagène et fondé par des esclaves en fuite, les palenquerias font à présent partie intégrante du folklore de la ville.

À l’intérieur de l’enceinte de Cartagena, il fait chaud, très chaud. De jour comme de nuit, il y règne une chaleur accablante tant l’air est en permanence saturé en humidité. Même après une grosse averse tropicale, la température ne se fait pas plus clémente. Le vent coupé par les fortifications se fait rare et se balader sur celles-ci, du côté du front de mer est non seulement une très jolie balade mais peut s’avérer salvateur.

À l’extérieur de la vielle ville, la vie est trépidante et le trafic automobile se fait intense sur les axes principaux. Au sud-ouest, les hauts immeubles du quartier chic de Bocagrande dominent la bande de sable côté océan et la baie, côté continent. Tandis qu’au sud-est, le quartier branché de Getsemani voit les touristes affluer en fin de journée et se mélanger à la population locale sur la très animée Plaza de la Trinidad.

À VOIR

La Vielle Ville

Incontournable, pour la découvrir, il suffit de se laisser porter au grès de votre humeur dans les rues pavées de l’ancienne cité.

Walking Tour
Ceci dit, une visite guidée s’avère également très intéressant comme introduction tant l’histoire de la ville est chargée. Le rendez-vous avec Edgar et son parapluie jaune est donné tous les jours à 10h00 et à 16h00 sur la place Santa Teresa, devant le Museo Naval del Caribe (musée naval des Caraïbes). Le tour se fait en anglais et en espagnol et dure deux heures environ.

Calèche
En soirée, vous pouvez également parcourir la ville en calèche. Comptez environ 30 000 COP (~ 8,5 €) pour une balade d’une heure (des tours de 30 et 45 minutes sont généralement également disponibles). La majorité des cochets ne parlent qu’espagnol, les explications sur la ville prodiguée durant la balade vous échapperont dès lors probablement si vous ne disposer pas de bonnes notions de la langue de Cervantes mais qu’à cela ne tienne, déambuler en calèche au crépuscule est pour le moins magique. Assurez-vous néanmoins de la bonne santé de votre monture, certains chevaux sont malheureusement en piteux état.

Itinéraire conseillé dans la vielle ville

Puerta/Torre del Relo
La puerta del reloj, ou la porte de l’horloge, est non seulement un des symboles représentatifs de la ville mais aussi sa voie d’accès principale. Elle fut construite au dix-neuvième siècle.

Plaza de los Coches
Située juste derrière la porte del Reloj, cette petite place, autrefois lieu de traite négrière, est entourée de jolies maisons coloniales dont les terrasses de toit sont à présent d’agréables lieux pour boire un café en journée mais aussi de hauts lieux de la vie nocturne de la ville. Au pied de celles-ci, une galerie colorée bordée d’arcades, appelée El Portal de los Dulces, abrite des étals de bois peints tout de blanc sur lesquels s’amoncellent des jarres pleine de confiseries et autres préparations locales à base de fruits.

Au centre de la place, la statue de Pedro de Heredia, fondateur de la ville, veille toujours sur ses administrés.

Plaza de Aduana
La plus grande de Cartagena était à l’origine utilisée comme lieu de parade, de sorte que les bureaux administratifs ont été érigés autour de celle-ci pendant l’époque coloniale. Vous y verrez également la demeure du fondateur de Carthagène, Pedro de Heredia ainsi qu’une statue de Christophe Colomb.

Convento de San Pedro Claver et Fundacion Museo Afrocaribeña
Le musée du Sanctuaire de San Pedro Claver fut ouvert par des jésuites en 1950 dans le cloître des jésuites de Carthagène des Indes afin d’y honore la mémoire du saint, qui au XVII ème siècle, dédia sa vie à la protection de milliers d’esclaves qui furent amenés dans la ville. Ce musée possède une collection d’objets d’art précolombien, religieux — une des plus complètes — et afro-caribéen. On y trouve également une collection donnée par la famille Zapata Olivella, docteur, anthropologists et écrivain colombien.
Entrée : 12 000 COP

Plaza San Pedro Claver
La place eu différents noms avant d’arborer celui de l’église la jouxtant et donc du Saint dont la ville honneur aujourd’hui le travail social qu’il a mené tout au long de sa vie auprès des victimes de la traite des esclaves.

Cette place, entourée de magnifiques demeures coloniales est l’une des plus belles places de la villes. Vous y trouverez des sculptures modernes de métal rouillé du célèbre artiste colombien Edgardo Carmona, représentant quelques scènes de la vie quotidienne des carthaginois.

Plaza de Santa Teresa
Cette place, très animée dès le crépuscule, se loge entre le luxueux hôtel Charleston et les fortifications de la ville, depuis lesquelles celle-ci s’apprécie le mieux.

Fortifications
L’enceinte faites de gros blocs de pierre fut construite à la fin du XVI èm siecle, suite à l’attaque du légendaire Sir Francis Drake. La fortification est l’une des plus complètes du continent et l’une des murailles d’une ville fortifiée les mieux préservées au monde, ce qui lui valu d’être repris au patrimoine mondial de l’UNESCO. Aujourd’hui on y déambule et on y prend un verre sur l’une des terrasses pour y admirer le coucher de soleil sur la mer.

Plaza Santo Domingo
Située au cœur de la ville historique, cette jolie petite place est probablement la plus célèbre et la plus touristique. On y trouve de nombreuses terrasses de restaurants et cafés, musiciens et artisans. La magnifique église San Domingo, qui est aussi la plus ancienne de la ville, voit souvent des mariages s’y célébrer. Juste en face de celle-ci, allongée de tout son long, la Gorda Gertrudis (la grosse Gertrude) de Botero est devenu le lieu de rencontre par excellence.

Parque de Bolivar
Connu également sous le nom de Plaza de Simon Bolivar, ce petit parc est le lieu de prédilection des carthaginois qui viennent s’y prélasser à l’ombre de ses arbres somptueux et pour certains, centenaires. Aux quatre coins du parc, s’élèvent de majestueuses fontaines prisées par les petits et les grands à la recherche d’un peu de fraîcheur, avec en son centre, dressé sur sa monture de bronze, la statue du libérateur Simon Bolivar. Autour de la place se trouvent plusieurs bâtiments remarquables comme le Palais de l’Inquisition, le musée de l’or et la Cathédrale de Cartagène.

En fin d’après-midi, les Palenqueras, dans leurs tenues hautes en couleurs, vous charmeront avec leurs différents fruits tropicaux et autres douceurs qu’elles vous proposeront tout en vous apostrophant d’un « Mi Amor ». En soirée, venez y admirer les troupes de danseurs exécutant au son de chants et des tambours battants, les plus belles danses folkloriques du pays.

Palacio de la Inquisición
Ce palais de l’inquisition de style baroque dont la façade exhibe de superbes balustrades et balcons de bois fut autrefois un palais de justice où comparaissaient les hérétiques mais aussi celles et ceux suspectés de pratiquer la magie noire. À l’intérieur, vous découvrirez ses cachots, ses pièces et instruments de tortures.
Entrée: 19,000 COP, le musée propose régulièrement la gratuité les dimanches.
Renseignements: www.muhca.gov.co

Catedral de Santa Catalina de Alejandría de Cartagena de Indias
La cathédrale de Carthagène est majestueuse. Sa construction a commencé en 1575, mais en 1586, alors qu’il ne restait qu’une tour à construire, elle fut partiellement détruite lors de la prise de la ville par le pirate Francis Drake. La construction repris de 1598 et 1612 durant laquelle, un dôme de style florentin et du marbre sur la façade furent rajoutés.

Teatro Adolfo Mejía
Construit dans le style des opéras européens du XVIIIe et XIXe siècles, le Teatro Heredia, officiellement connu sous le nom de Teatro Adolfo Mejia, a été construit en forme de fer à cheval, avec des loges et des balcons divisés par des cloisons en dentelle de cèdre. Il a été conçu et construit par le meme architecte à l’origine de la tour de l’horloge, sur les terres de l’ancienne église Merced et a été inauguré en 1911 avec les Jeux Floraux. A l’intérieur, vous découvrirez les escaliers et des sculptures en marbre italien.

La Presentacion – Casa Museo de Arte y Cultura
Dans une sublime bâtisse qui était au temps colonial, un magasin d’Aguardiente — la boisson populaire de la côte caribéenne —, puis un collège, ce centre culturel accueille expositions, concerts, pièces de théâtre, spectacles de dance et autres événements des arts visuels. Organisés autour d’un magnifique patio à la végétation luxuriante, de belles coursives connectent entre-eux et sur plusieurs étages, les différents lieux d’exposition, une cafétéria, des petites boutiques, un théâtre, un centre culturel et le magnifique hôtel El Caustro. Au centre du patio, se trouve encore le puit qui alimentait la ville en eau lors des grandes sècheresse.

Plaza de los Estudiantes
Cette jolie petite place doit son nom à l’université de Cartagène qu’elle jouxte.

Casa Bolívar
À proximité du couvent San Augustin se trouve la première maison dans laquelle vécu Simón Bolivar.

Parque Fernández de Madrid
Une autre très jolie place autour de laquelle, vous trouverez de nombreux petits restaurant, un musée du cacao ainsi que de nombreux bars dont le très original KGB.

Restaurant argentin Marzolan
Ce restaurant, outre le fait qu’il serve de délicieux plats de viandes mais aussi végétarien, impressionne surtout par la décoration extérieure et intérieure ultra kitsch faites de photos, maillots, plaques de rue et autres objets insolites consacrée au pays de Maradona. N’oubliez pas de jetez un œil attentif sur ce qui recouvre entièrement les murs intérieurs.

Plaza San Diego
Autrement plus tranquille que la place Santo Domingo, on peut siroter un verre sur l’une des quelque terrasses qui entourent la place.

Les rues suivantes sont remarquables pour ses belles demeures aux façades colorées.
⁃ Calle de Tumbamuertos (carrera 9)
⁃ Calle de los Puntos (calle 37)
⁃ Calle de la Necesidad (carrera 10)
⁃ Calle de la Moneda (calle 36)
⁃ Carrera 7

En dehors de la Vielle Ville

Getsemani

Ce quartier qui jouxte la ville fortifiée est tel un village dans Cartagena. Sans les fastes de sa voisine, mais haut en couleur, ce faubourg populaire séduit par son architecture, ses fresques murales, ses petites rues ombragées mais surtout pour ses chaleureux habitants qui chaque soir, et plus particulièrement en fin de semaine, se réunissent sur la place du village. C’est d’ailleurs une expérience à ne pas manquer !

En journée, plongé dans la torpeur de la chaleur tropicale, le quartier est très calme. Déambulez dans ses petites rues à la découvertes de ses quelques bâtisses coloniales, de ses graffitis et superbes fresques murales.

En soirée, avec ses petits restaurants et son église — qui au propre comme au figuré, est au milieu du village — la plaza de la Trinidad est le lieu de rendez-vous des habitants et des touristes qui, un arepas, une bière ou une crème glacée à la main, admirent et applaudissent les prestations de différents artistes de rue. L’ambiance y est parfois même électrique tellement les prestations sont impressionnantes.
Continuez la soirée dans l’incroyable décor du Cafe Havana (jeu-sam) où se produisent tous les soirs deux excellents groupes de salsa cubaine. Preparez-vous à danser jusqu’à l’épuisement.
Entrée : 20 000 COP

Tous les mercredis, l’hostel Media Luna est le théâtre d’une gigantesque soirée où se retrouvent essentiellement des touristes. La soirée commence vers 22h30 au bar principal au son d’un groupe live et se poursuit, à partir de 1h du matin, sur la terrasse-toit de l’hostel jusqu’au bout de la nuit.
Entrée : 20 000 COP (gratuite pour les résidents de l’hostel).

Castillo de San Felipe de Barajas
La forteresse datant du XVI ème se trouve au sommet de la colline San Lázaro, située juste à l’extérieur de la vielle ville, est la plus grande forteresse jamais construite par les espagnols dans ce qui étaient leurs colonies. Elle permettait le contrôle du seul point d’accès à Cartagena par la voie terrestre mais aussi d’avoir un excel point de vue sur les invasions maritimes. Muni de l’audio guide, qui est plus que recommandé, étant donné qu’il n’y a aucun panneau explicatif. Perdez-vous dans ses salles, ses tunnels, ses donjons, promenez-vous sur ses remparts et plongez en 1741, année durant laquelle l’anglais Edouard Vernon fort de son armada de 27 000 soldats, 186 navires de guerres et 2000 canons s’attaqua et assiégea durant 3 mois la forteresse, alors aux commandes de l’amiral espagnol Blas de Lezo, lequel était à la tête d’une armée de 3600 hommes et de 6 navires.
N’oubliez pas de prendre de l’eau en suffisance, il y fait très chaud.
Prix: 25 000 COP, 10 500 COP (étudiant)
Audio guide: 15 000 COP
web: www.fortificacionescartagena.com

Convento de la Candelaria ou la Popa
Au sommet de la colline de la Popa offre une vue magnifique sur Cartagène des Indes. Chaque année, en date du 2 février, les fidèles commémore la vierge en gravissant la colline.

Comment se rendre à Cartagène.

Depuis la gare autoroutière

En bus : la gare autoroutière est à 11 km à l’est du centre-ville.
Des metrobus Transcaribe blancs et oranges, flamants neufs avec air conditionné et routes prioritaires, relient le terminal jusqu’aux portes de la vielle ville pour environ 1800 COP. L’achat d’une carte de transport magnétique est nécessaire (3000 COP pour la version en cellulose).
Montez à bord d’un des bus se rendant à « Portal » ou « Madre Bernarda », ensuite empruntez une des lignes passant par le centre-ville: T100 (Centre, express), T101 (centre, omnibus), T102 (Crespo) et T103 (Bocagrande).

Mais faire le trajet avec l’un des vieux bus colorés qui se trouvent juste à la sortie principale du terminal est la meilleure manière de rentrer de plein pied dans l’atmosphère de la ville. Le bus vous conduira sans correspondance et pour quelques centaines de pesos colombiens, jusqu’à la statue de la India Catalina, à l’entrée de la vielle ville.

En taxi : le prix est d’environ 20 000 COP. N’hésitez pas à négocier. Ce prix est à diviser entre les différents passagers.

Depuis l’aéroport

En bus :
Ici aussi vous avez le choix entre les bus officiels Transcaribe (ruta T102 Portal – Crespo, ) ou le trajet en « colectivos » jusqu’au centre, lequel vous coûtera environ 2100 COP.

En taxi : Avant de prendre le taxi, munissez-vous d’un voucher auprès du guichet officiel qui se trouve dans la zone des bagages. Sur celui-ci sera imprimé le prix de votre course en fonction de votre destination.
Prix : 18 000 COP pour le centre et Getsemani (zone 1).